Inexistence

La chevaleresse inexistante
Nyóla


Déconnecté
 Message
Posts : 51
Threads : 15
Il y a 1 an | Le 20 Mar 2021 00:02:17
Le journal de Jandice

Cher journal,

J'en suis désormais certaine, ma vie ne sera plus jamais la même. Jamais je n'aurais souhaité vivre cela, et jamais mes sens ne pourront oublier ce traumatisme.
Cela fait trois nuits que mon corps tremble. Je suis épuisée, exténuée, mais je vais me battre. Ma main d'habitude si agile peine à tenir une plume pour t'écrire, mais aujourd'hui je commence à en reprendre le contrôle.

Il faut que je te conte, que j'arrive à poser des mots sur la souillure qui s'est incrustée en moi. Puisse l'écriture m'aider à me débarrasser de ce fléau, de cette malédiction. Je cru d'abord à un mauvais rêve, un mirage sorti des sombres pensées qui hantent chaque âme la nuit, mais je me trompais. Assurément. Il s'agissait bien de la réalité, aussi complexe et torturée soit-elle. Je me sens si mal, mon esprit est noirceur et mon seul vœu est de ne pas sombrer dans la folie. Cher journal, j'ai vu la Mort naître de mes propres yeux.


L'autre soir, alors que le crépuscule tombait comme un voile sur nos vertes prairies, je parcourais les champs de blé avec Okân à la recherche de quelques denrées à glaner. D'un coup, mon chien posa sa truffe sur le sol et se mit à suivre une piste. D'abord doucement en zigzagant entre les plants puis, comme excité par un mystère insondable, il se mit à détaler vers la forêt de Jade. Je le suivi avec hâte, courant sur la terre meuble pour tenter de le rattraper. Arrivé à l'orée du bois, il se figea net. Coupé dans son élan, je m'interrogeais et ralentis à mon tour pour rester en retrait. A quelques pas, se trouvait un vieux tronc allongé sur le sol. Discrètement, je m'accroupis et me déplaçait jusqu'à lui tout en gardant un œil sur Okân. De là, je pouvais observer mon fidèle compagnon qui lui-même semblait captivé. Il avait vu quelque chose, mais quoi ? Le repas du soir ?

C'est au bout de plusieurs secondes que mon intrigue laissait place au doute, puis du doute je passais à l’inquiétude. La jovialité de l’instant avait été délicatement substituée par un silence assourdissant. Mon chien ne bougeait toujours plus et circonspecte par son comportement, je décidais de sortir de ma cache pour aller le retrouver. Tant pis pour le gibier pensais-je à cet instant.
A peine relevée, je vis une pâle lueur danser dans la forêt et me rassis de suite. Maintenant, la nuit était tombée et au loin tout s'éclairait. Dans le bois un ballet de torches portés par de drôles de drapés filait dans notre direction. D'où j'étais positionnée, je comptais au doigt mouillé une douzaine d'hommes encapuchonnés qui sortaient ainsi du cœur de la forêt. Apeurée, je sifflais Okân pour qu’il me rejoigne et qu’on puisse fuir ce cortège. Mais il ne bronchait pas et restait assis telle une statue de bronze.

Au fur et à mesure qu’ils approchaient, je distinguais plus aisément les silhouettes. Toutes étaient semblables sauf la dernière d'entre-elles qui était bien plus grande, et la capuche - si ronde chez les autres - semblait déformée par deux pointes sur l'avant. Elle portait dans sa main droite un petit coffre doré et dans sa main gauche un sceptre de bois orné d'une pierre rouge luisante.

Le cortège continuait d’approcher et moi je reculais à grands pas. Alors qu'ils passaient à la hauteur d’Okân, ils l’ignorèrent sans diriger leurs têtes vers le canin. Cependant, quand le dernier passa à côté de lui, il leva son sceptre et un éclair de feu jaillit.

Okân s'effondrait sur le sol.

Je ne pus retenir un gémissement en voyant se dérouler cette scène et des larmes de colère me montèrent aux yeux. Je bouillais d'injustice. Pourquoi s'en prendre à Okân, il était si gentil, si innocent. Enragée, j'arrêtais de reculer et dégainais mon épée. Puis j'avançais et leur barra la route en vociférant de vaines menaces.

Du coin de l'oeil je vis le sceptre se lever une seconde fois et tout devint noir.

La chevaleresse inexistante
Nyóla


Déconnecté
 Message
Posts : 51
Threads : 15
Il y a 1 an | Le 06 Jun 2021 00:10:35
[Lecture pour les +16 ans | #gore]

Le lieu était froid, sombre et humide. Suspendue au plafond par des cordes, mon corps entièrement dévêtue était gelé. Un mal de crâne brouillait mes pensées mais l'adrénaline due à la situation me donnait la force d'ouvrir les yeux et de comprendre la scène qui se déroulait en bas.
Je me souviens d'un dodecagramme dessiné à la craie, d'hommes en capuche au bout de chaque branche de l'étoile. Je me souviens de voir le plus grand à l'écart, lui aussi vêtu de blanc, sa capuche tombée à l'arrière laissait entrevoir deux cornes sur son front. Son sceptre posé contre un mur, il ne semblait pas pour autant moins inoffensif. 

Il s'approchait du coffre doré et en sortait deux pierres, l'une rouge et l'autre blanche. Le discours qui s'en suivi me reste encore gravé en mémoire. Je m'en vais vous le retranscrire.


Nous avons enfin réussi mes amis. Par mes sermonts et votre sang, la grande et unique déesse que silverworld n'ait jamais connue pourra renaître. Notre chère et tendre succube vivra de nouveau. Les dieux du Sang et de l'Ombre ont mis sur notre chemin cette pauvre âme gisant là, au plafond. Son corps est jeune et sera une merveilleuse coquille pour notre hôte.

Levant les pierres plus haut pour les montrer à l'assemblée, il ajouta :

Ces deux pierres sont les fragments de l'âme brisée de notre Mère.

L'homme à la capuche posa les pierres au centre du symbole démoniaque, puis retourna auprès de son sceptre. 
Une incantation s'en suivie.


Ulgur penitencia satanis. Ouria legiferae grajuka.

Par les Ombres et le Chaos, que soit ressucitée notre princesse.
Par le Sang, la Chair et les Os, que soit réanimée notre prêtresse.


Akja, ouna, fu.

Viva les lardons.

C'est par ces derniers mots que les apôtres se tranchèrent les veines du bras gauche. Le sang coulait à flot au centre du dodecagramme et un à un le corps de ces accolytes des ténèbres tombèrent sur la pierre glacée. 

Le sol commençait alors à trembler.
Les pierres se mirent à briller légèrement. Puis de plus en plus fort, jusqu'à m'éblouir. Je plissais mes paupières pour suivre cet étrange phénomène. Soudain, des éclairs rouges et bleus jaillirent et vinrent frapper le dernier homme encore debout dans cette grotte, l'homme à la capuche. En un instant, il se dissipa.

Les fragments éclatèrent alors et des débris remplirent l'atmosphère. Certains se plantèrent prodondément dans ma chair tels des couteaux. D'autres avaient rompus mes liens, me faisant chuter du plafond.
Amoindrie et tétanisée, je restais seule assise au milieu du dodécagramme ensanglantée, entourée de cadavres.

 

. (N'oubliez pas d'activer l'option dans la page des paramètres du compte)